Lettre d’information rentrée 2019/2020

Chère et chers collègues,

Cette année, tout change ! 

La réforme en cours des retraites ne baissera pas nos cotisations, mais seulement nos pensions de l’ordre de 26%. Nous y perdrons toutes et tous. Le mardi 24, jour de grève à ce sujet, le Conseil d’administration se réunira et n’en parlera pas. « Par delà les frontière » peut-être, mais défendre nos intérêts… Hou la la !

Côté enseignement, le premier cycle va être entièrement transformé. Premières annonces de cet été : les Bachelors peuvent octroyer le grade de Licence et les DUT vont s’inclure dans un Bachelor. Le reste suivra, sans qu’on sache comment, même si on a bien compris pourquoi.

Côté recherche, la LPPR (Loi Pluriannuelle de Programmation de la Recherche) va être adoptée. Elle ne programmera pas la recherche, mais s’attaque déjà frontalement à nos statuts. Lors de l’assemblée générale du 18 juin 2019, le président Michel Deneken s’était d’ailleurs déclaré en accord avec les revendications exprimées dans le communiqué de la CPU “Pour une approche proactive de l’autonomie”, à savoir :

  • la refondation de la contractualisation et la réduction massive des textes réglementaires ;
  • la suppression de la qualification, et la révision de l’ensemble de la procédure de recrutement des enseignants-chercheurs ;
  • des promotions décidées localement ;
  • un assouplissement du cadre des missions des enseignants-chercheurs et de la comptabilisation de leurs activités, la règle des services de 192h TD équivalent présentiel devenant obsolète.

Ces demandes visent donc explicitement à la suppression de tous les cadrages nationaux régissant les carrières et activités des enseignants-chercheurs, y compris statutaires. Elles rejoignent celles de l’IGAENR, qui recommandent la fin de l’avancement à l’ancienneté, l’augmentation du temps de travail, le non-renouvellement des départs à la retraite, et la baisse de l’offre de formation.

En tant que président de l’Université de Strasbourg, Michel Deneken s’exprime nationalement au nom de notre université pour favoriser et accélérer ces transformations profondes. Tout comme la réforme des retraites et du premier cycle, ces transformations seront défavorables à nos missions et carrières. 

Pour seule information avant acceptation définitive, les quelques 1800 enseignants-chercheurs de notre universités sont invités à « échanger sur des questions portant sur le statut et les missions des enseignants-chercheurs » le jeudi 26 dans un amphithéâtre. 

Cette question vaut plus qu’une réunion de 12 h 15 à 13 h 45, et c’est pourquoi nous vous invitons à répondre à cette consultation pour pouvoir vraiment donner votre avis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :